Covid-19 : La Russie a soumis son vaccin pour préqualification à l’OMS

Le pays serait « l’un des premiers au monde à demander la préqualification de son vaccin, Spoutnik V, contre le nouveau coronavirus » a indiqué le fonds souverain russe. 42 candidats vaccins des quatre coins du globe sont au stade des évaluations cliniques. 

Nouvel épisode dans la course mondiale au vaccin contre la Covid-19. La Russie a soumis à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) une demande de préqualification de son premier vaccin, Spoutnik V, a annoncé dans un communiqué le fonds souverain russe mardi 27 octobre.

La Russie « est l’un des premiers pays au monde à demander [cette préqualification] à l’OMS » affirment ainsi les autorités. « Dans le contexte de la pandémie, l’enregistrement accéléré du vaccin selon la procédure (de l’OMS) rendra le vaccin russe accessible à tous dans un délai plus court par rapport aux procédures conventionnelles », ajoute ce communiqué, qui précise qu’une présélection réussie permettra au vaccin d’être inclus dans la liste de médicaments utilisés par les pays pour les achats en gros de médicaments

42 vaccins au stade des évaluations cliniques

Début août, le pays avait annoncé avoir développé et enregistré le « premier » vaccin contre la Covid-19 mis au point par le centre de recherches moscovites Gamaleïa avec le ministère russe de la Défense. En Russie, l’enregistrement par les autorités est l’étape préalable à la phase finale des essais cliniques. N’ayant pas atteint la phase finale de ses essais, Spoutnik V a suscité la suspicion dans le monde. Le président Poutine a néanmoins assuré s’être fait vacciner, tout comme ses filles, espérant déployer massivement le vaccin dans les prochains mois sur son territoire.

Dans le monde, 42 candidats vaccins étaient au stade des évaluations cliniques au 15 octobre, dont certains en phase 3 pour démontrer leur capacité à protéger de l’infection. Parmi les vaccins en tête, celui de l’Américain Moderna ou encore du Britannique Astrazénéca, talonnés de près par les Chinois Sinopharm et Sinovac. Les délais avant la fin des essais restent très variables, entre un et trois ans pour le moment.