Covid-19: les asymptomatiques perdent plus rapidement leurs anticorps, relève une étude

L'Imperial College de Londres et l'institut Ipsos Mori ont suivi 350 000 personnes sur trois mois, pour évaluer la manière dont leurs anticorps évoluaient après une contamination au covid-19.

“Au moins, je suis tranquille, maintenant que j’ai été testée positive au coronavirus.” Certaines personnes pensaient qu’une infection au coronavirus signait leur “passeport d’immunité”, soit l’impossibilité définitive d’être de nouveau contaminé. Une étude anglaise publiée ce mardi tend à remettre en question cette croyance, en soulignant qu’ ”on ne sait pas encore si les anticorps confèrent un niveau d’immunité efficace. Et si une telle immunité existe, on ignore combien de temps elle pourrait durer.”

L’université de l’Imperial College de Londres et l’institut de sondage Ipsos MORI ont décortiqué la manière dont les anticorps évoluent dans le temps chez les individus ayant été contaminés par le coronavirus. 365.104 personnes vivant en Angleterre ont réalisé des tests à la maison en prélevant une goutte de sang sur le doigt pendant trois mois, du 20 juin au 28 septembre 2020.

“Une réduction des anticorps dans les semaines ou les mois suivant l’infection”

D’après les résultats, les personnes ayant été testées positives ne présentant pas de symptômes sont “plus susceptibles de perdre les anticorps du Covid-19 plus tôt que celles ayant présenté des symptômes”.

Au cours des trois mois d’étude, “la proportion de personnes testées positives pour les anticorps du Covid-19 a diminué de 26,5 %”. De 6% de la population testée en début d’été, ils ne représentaient plus que 4,4 % à la veille de l’automne, “ce qui suggère une réduction des anticorps dans les semaines ou les mois suivant l’infection”.

Si tous les âges sont concernés, les jeunes sont avantagés. Les 18–24 ans perdent en effet plus lentement leurs anticorps que les plus de 75 ans. La prévalence d’anticorps par région varie, elle, du simple au triple. De 1,6 % dans le sud-ouest, elle atteint 9,5 % à Londres.