Covid-19 : diminution de la mortalité routière lors de la crise sanitaire

Le Forum international des transports (FIT) atteste dans un rapport du mardi 28 octobre, que le nombre de morts sur les routes a baissé en raison du confinement, décidé en mars afin d'endiguer la crise sanitaire.

 

La pandémie de coronavirus a eu du bon… sur le nombre de décès sur les routes, pour le début de l’année 2020. C’est ce que dévoile le nouveau rapport du Forum international des transports (FIT), un organe intergouvernemental dépendant de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Dans cette publication on peut lire que “le Covid-19, malgré son impact négatif dans le monde entier, a également entraîné une diminution importante et inattendue du nombre de morts sur les routes dans les régions contraintes au confinement”. Beaucoup de pays ont constaté cette réduction du nombre de décès pendant leur période de confinement. Le taux de baisse record s’élève à ‑80 %, pour la Nouvelle-Zélande.

Le Danemark, les Pays-Bas ainsi que la Suède ont quant à eux connu une légère hausse du nombre de morts  sur la route pendant le confinement. C’est le cas notamment du Danemark avec une augmentation de 9%. Cela peut s’expliquer par le fait que leur trafic routier n’a été que peu affecté par les mesures de quarantaine.

Concernant la France, le nombre de décès a reculé de 56%, en avril 2020, par rapport à l’année passée. Les mesures de confinement ont eu une réelle incidence sur la mortalité routière puisqu’une baisse de 75 % a été enregistrée sur la période du 17 mars au 10 mai, les deux mois de quarantaine dans l’Hexagone.

Une tendance à la baisse

Avant la crise sanitaire, les données collectées par le Forum international des transports relevaient déjà une baisse du nombre de morts sur la route. En moyenne au niveau mondial, le chiffre a chuté de 18,3 % pour l’année 2018 par rapport aux trois années précédentes. Le rapport souligne que “dix pays ont atteint le plus faible nombre de morts sur la route depuis le début de l’enregistrement systématique” qui a été lancé en 2018.  Parmi les bons élèves on retrouve la France, la Belgique ou encore la Grèce.

Mais “les accidents de la route ne montrent que la partie émergée de l’iceberg” pondère le rapport. Toujours selon le Forum international des transports, qui cite l’Organisation mondiale de la santé, “les 1,35 million de décès annuels sur les routes du monde entier doivent être considérés dans le contexte des 20 à 50 millions de blessures graves subies chaque année dans le monde lors d’accidents”.