Les grandes surfaces écartent l’éventualité d’une pénurie en cas de reconfinement

La fédération du commerce et de la distribution (FCD) affirme ce mardi que les “distributeurs se sont préparés à toutes les éventualités puisque différents scénarios sont sur la table”, notamment en cas de reconfinement partiel ou total.

“Si tout le monde reste raisonnable”, il n’y aura pas de risque de pénurie dans les rayons des grandes surfaces alimentaires, selon le patron de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD) Jacques Creyssel. En cas d’un nouveau confinement, les commerces et distributeurs estiment avoir appris de “l’expérience du confinement de mars” et ont avancé que les approvisionnements sauront répondre aux besoins des consommateurs.

À l’annonce du premier confinement, certains rayons de grandes surfaces en France s’étaient vu dévaliser en mars par des consommateurs, soucieux d’avoir assez de denrées pour tenir le temps du confinement et de limiter leur sortie. “Depuis la sortie du confinement, on a des stocks légèrement supérieurs à ce qu’ils sont normalement de produits qu’on dit ‘psychologiques’, comme les pâtes ou les conserves de légumes”, précise le porte-parole de Système U, Thierry Desouches.

Forte de son expérience, la grande distribution assure avoir appris “un certain nombre de choses ainsi qu’en amont, après des industriels”, affirme-t-il. Pou lui, tous les yeux sont rivés sur certains consommateurs inquiets, dont il espère qu’ils “auront appris” des erreurs du passé. “Il n’y a pas besoin de faire du stock, car on trouvera tout ce qu’il faut sans difficulté dans les semaines qui viennent”, affirme Jacques Creyssel, président de la fédération du commerce et de la distribution (FCD).

Du côté de Panzani, on se veut rassurant par la voix de son président au micro d’Europe 1. “Cette fois, nous serons beaucoup plus sereins. Les choses sont bien gérées. il y aura suffisamment de blé pour assurer l’ensemble de la production”, avance Xavier Riescher.

Sur les réseaux sociaux, certains utilisateurs préfèrent dédramatiser devant les annonces de la grande distribution et avancent que les stocks générés, débutés en mars, sont encore suffisants.

Autre élément qui rentre en ligne de compte, le couvre-feu à 21 heures dans certains zones risque d’être avancé, selon le scénario choisi en Conseil de défense, ce mardi et mercredi 28 octobre. Si c’est le cas, la fédération du commerce et de la distribution (FCD) compte ajouter au débat l’ouverture des magasins un jour supplémentaire. “Si une décision est prise dans ce sens, il faudrait qu’on ait l’autorisation d’ouvrir le dimanche pour étaler au maximum la venue des clients afin que les conditions sanitaires soient respectées. ”