Reconfinement, couvre-feu… quelles mesures anti-Covid en Europe ?

Face à l'augmentation des cas de nouveau coronavirus, quasiment tous les pays européens ont durci les mesures de prévention allant du couvre-feu au confinement total.

“Reconfinement”. Ce mot, dont l’écho prend de l’ampleur depuis plusieurs jours, à l’aube de nouvelles annonces présidentielles, symbolise la crainte d’un retour au mois de mars où le pays entier s’était quasiment mis à l’arrêt. Dans certains pays d’Europe, cette nouvelle mise sous cloche est devenue une réalité, dans le but de ralentir la propagation du virus. Dans d’autres, les autorités ont préféré appliquer des mesures de restrictions des libertés locales, en particulier sous la forme d’un couvre-feu. Tour d’horizon de la situation sanitaire chez nos voisins européens.

  • Le confinement total

Ils ne sont que deux pays pour l’heure à avoir franchi le pas. L’Irlande et le Pays-de-Galles ont reconfiné leur population avec des temporalités différentes.

Dublin a mis en place depuis le 21 octobre un couvre-feu national qui concerne tout le territoire, soit un peu plus de 5 millions d’habitants, pour une durée de six semaines. Les règles y sont plus souples que pour le premier confinement, qui avait duré deux mois : les bars et restaurants continuent de servir mais en vente à emporter seulement; les écoles restent ouvertes et même si le télétravail est obligatoire, les secteurs tels que l’industrie, où il n’est pas possible de travailler à distance, peuvent poursuivre leurs activités.

Cependant, les mesures sont plus strictes sur le plan de la vie sociale. Jusqu’au 1er décembre, les cinémas et théâtres doivent baisser le rideau, tout comme les commerces non-essentiels. Il est interdit aux Irlandais de sortir de chez eux, sauf pour faire de l’exercice dans un rayon de 5 kilomètres autour de leur domicile. Interdiction aussi de rencontrer des personnes d’un autre foyer à l’intérieur mais aussi à l’extérieur. Avec un objectif assumé, celui de réduire la progression de l’épidémie avant Noël afin de garantir une période festive aussi normale que possible.

Au Pays-de-Galles, le confinement national, qui touche plus de 3 millions de personnes, ne devrait durer que deux semaines. Cette mesure “pare-feu” selon les dires du Premier ministre gallois Mark Drakeford, ressemble beaucoup à celle prise par le voisin irlandais, avec des écoles ouvertes. Les frontières, quant à elles, sont fermées depuis la mi-octobre.

  • Le confinement local 

Au Portugal, la situation sanitaire ne s’améliore pas. Le pays qui avait évité le premier confinement en mars est désormais fortement touché au nord, avec notamment plus de 2.000 cas positifs détectés vendredi 23 octobre. Conséquences: trois municipalités fermées, à Felgueiras, Lousada et Paços de Ferreira, où les habitants ne pourront donc plus quitter leur domicile, sauf pour aller au travail, à l’école ou pour honorer un rendez-vous médical ou faire ses courses. Les rassemblements sont également limités à cinq personnes. Dès 22 heures, les commerces ferment et le télétravail est fortement recommandé.

Jusqu’alors plutôt bien protégés, les 120.000 habitants de Rottal-Inn, en Bavière, sont soumis à un nouveau confinement à partir de ce mardi soir. D’autres Länder allemands sont concernés, comme en Berchtesgaden dans les Alpes bavaroises où le taux d’incidence a dépassé les 200 personnes pour 100.000 habitants, dans une commune qui en compte à peine 8.000. Il doit rester en vigueur deux semaines, alors qu’Angela Merkel s’apprête à annoncer des mesures de “confinement léger” pour l’ensemble du territoire.

En République tchèque, le gouvernement a décrété la fermeture d’une grande partie des commerces. Il est demandé aux habitants de limiter leurs déplacements à l’essentiel jusqu’au 3 novembre.

  • Le couvre-feu

Pour l’heure, c’est la solution privilégiée par la plupart des pays européens dont la France, bien que des mesures plus strictes pourraient bientôt être annoncées dans l’Hexagone.

En Espagne, l’état d’alerte sanitaire a été prolongé de six mois et un couvre-feu est appliqué à tout le territoire, sauf dans les Îles Canaries. Entre 23 et 6 heures du matin, interdiction de circuler, a annoncé le Premier ministre Pedro Sanchez dimanche 25 octobre. Les 17 régions du pays gardent la possibilité d’avancer ou retarder d’une heure le début ou la fin en fonction des caractéristiques locales.

La Slovaquie, la Slovénie et le Luxembourg ont pris des mesures similaires.

En Belgique, un couvre-feu est en vigueur de minuit à 5 heures. Depuis lundi 26 octobre, il a été avancé à 22 heures et étendu jusqu’à 6 heures à Bruxelles et dans toute la Wallonie. En Grèce, le couvre-feu concerne pour l’instant les deux principales villes du pays, Athènes et Thessalonique. 

Tandis qu’en Italie, premier pays touché par le virus en mars, le Latium, la région de Rome, est devenue vendredi 23 octobre, la troisième du pays, avec la Lombardie et la Campanie, à instaurer un couvre-feu dès 18 heures. Plus de bars, plus de restaurants et aucune activité de loisirs : un durcissement des mesures qui a donné lieu à des affrontements entre policiers et militants d’extrême droite ce week-end.