Reconfinement : le retour de l’attestation pour se déplacer

A compter de jeudi soir minuit et pendant quatre  semaines, il faudra se munir d’une nouvelle attestation de déplacement dérogatoire pour circuler sur le territoire national, pour une heure maximum, dans un rayon d'un kilomètre. 

À la suite de l’annonce d’un nouveau confinement national — dès vendredi et pour quatre semaines — par le président Emmanuel Macron ce mercredi, il faudra désormais se munir d’une attestation dérogatoire pour se déplacer hors de son domicile.

Seuls quelques motifs permettront de sortir de chez soi, à raison d’une heure maximum, dans un périmètre d’un kilomètre, à l’image du confinement du printemps : “Vous pourrez sortir de chez vous uniquement pour travailler, vous rendre à un rendez-vous médical, pour porter assistance à un proche, pour faire vos courses essentielles ou prendre l’air à proximité de votre domicile”, a ainsi énuméré Emmanuel Macron lors de son allocution. Les parents pourront également accompagner leurs enfants à l’école. 

Mis en place dans la nuit de jeudi à vendredi, le confinement interdira de nouveau les déplacements d’une région à l’autre, à l’exception des retours de vacances de la Toussaint.  “Il y aura une tolérance durant ce week end de retour pour que chacune puisse revenir de son lieu de vacances. Pour que les familles puissent s’organiser.” a précisé le président. Cette attestation sera également quelque peu différente de la version du printemps, les écoles restant ouvertes et les visites dans les Ehpad autorisées.

Déplacements à l’étranger

Pour les déplacements à l’étranger, le président a précisé que les “frontières intérieures à l’espace européen demeureront ouvertes et, sauf exception, les frontières extérieures resteront fermées”. Les Français à l’étranger seront libres de regagner le territoire dans les ports et aéroports. “En ce qui concerne les arrivées, aucun voyageur ne doit pouvoir entrer sur le territoire européen sans qu’on soit certain qu’il n’est pas porteur du virus” a précisé Emmanuel Macron.

Comme lors du premier confinement, les sorties seront contrôlées par les forces de l’ordre, présents jour et nuit sur les quatre semaines, et les infractions seront passibles d’une amende de 135 euros. 

Téléchargable sur internet, elle sera disponible dès la mise en place du nouveau confinement, dans la nuit de jeudi à vendredi.