Réouverture des salles de spectacle : un protocole strict mais encore des questions

L’allègement du confinement prévoit une réouverture des cinémas et théâtres dès le 15 décembre, si les objectifs sanitaires de l'exécutif sont atteints à cette date. Mais certaines modalités d’ouverture restent floues.

Les lieux de spectacles “pourront reprendre leur activité le 15 décembre, dans le respect d’un protocole strict”, a annoncé Emmanuel Macron dans son discours de déconfinement, le 24 novembre. Parmi les conditions nécessaires, les nouvelles contaminations quotidiennes devront demeurer autour des 5000, et le nombre de personnes en réanimation entre 2500 et 3000.  

“Nous sommes absolument ravis de pouvoir reprendre notre activité. Les fêtes sont une période primordiale dans l’industrie du cinéma, se réjouit Mehdi Ouada, directeur du Méga-CGR de Pau. Mais nous sommes encore dans le flou sur les détails”. Comme lors de la première période de couvre-feu ayant précédé leur fermeture, les salles de théâtre et de cinéma devront appliquer le port du masque obligatoire durant les séances et représentations. La condamnation d’un fauteuil entre chaque groupe de six personnes maximum venant ensemble sera également de rigueur. Mais certaines modalités de ce “protocole sanitaire strict” restent à préciser. 

Horodatage et jauge de spectateurs 

Premier dossier à trancher :  le système d’horodatage des billets annoncé par l’exécutif, et tant attendu par les syndicats du cinéma et du théâtre. Il est censé donner la possibilité “de rentrer chez soi après 21h sur la foi d’un billet de spectaclemalgré le couvre-feu de 21h à 7h. Il doit permettre aux salles de spectacle de maintenir leurs séances du soir. L’heure jusqu’à laquelle ce justificatif sera valable n’est pas encore déterminée. 

“Les séances de 20 heures sont les plus grosses de la journée et de la semaine, précise Mehdi Ouada. Si on doit s’en passer, ça change beaucoup de choses au niveau de la rentabilité”. Les théâtres sont dans la même situation. “J’ai deux spectacles dans la journée, à 19h30 et à 21 heures, explique Jean-Luc Lopez, directeur du théâtre Mélo d’Amélie à Paris. Même avec l’horodatage, je ne pense pas pouvoir produire les deux.” Il compte sur les jours de weekend pour faire jouer plusieurs pièces. 

Un autre facteur s’ajoute à l’incertitude : la jauge, fixée à 60% dans les salles durant le premier couvre-feu, mais dont le chiffre reste pour l’heure inconnu. “Est ce qu’elle reste la même, est ce qu’elle change ? Plusieurs dizaines d’entrées de différence, ça change beaucoup pour nous”, explique Jean Luc Lopez. Il le sait, avec ces mesures de restrictions, ouvrir son théâtre ne sera pas rentable : “Mais je vais le faire quand même, pour que les gens reviennent vers nous”.

De nombreuses projections repoussées à 2021

La sortie de nombreux films a aussi été décalée à l’année 2021, ce qui limite les bénéfices qui pourront être dégagés par les cinémas d’ici la fin du mois de décembre. “La seule grosse sortie qui nous reste, c’est Wonder Woman qui sortira le 16 décembre. Les Tuches devait sortir le 9 décembre mais a été décalé à février 2021, liste Mehdi Ouada. On espère que les distributeurs reviendront sur leur décision. Avec toutes ces questions sans réponse, on n’est pas certains de pouvoir rappeler tous nos employés actuellement en chômage partiel”

Les professionnels de la culture comptent sur la prise de parole du Premier ministre Jean-Castex, ce jeudi, pour répondre aux questions qui restent en suspens. Et leur permettre de s’organiser au mieux.