Budget 2021 :  Hidalgo prépare sa police municipale

La création d’une police municipale à Paris se concrétise déjà. Bien qu’elle n’aie pas encore été votée par le parlement, la Ville a prévu d’y consacrer 184 millions d’euros dans son budget 2021.

C’est l’un des étendards de la droite parisienne, repris par Anne Hidalgo depuis l’été 2018. La création d’une police municipale est encore dans les tuyaux du parlement, mais la majorité socialiste se prépare à un déploiement dès la fin du premier semestre 2021. Une enveloppe de 184 millions d’euros a été présentée, mardi 8 décembre, par Paul Simondon. L’adjoint chargé du budget précise que 3 millions d’euros seront consacrés au recrutement de 120 policiers de «terrain» qui viendront s’ajouter aux agents transférés d’autres services.

Un cahier des charges social et environnemental

En filigrane, deux lignes directrices devraient régir le déploiement de cette nouvelle entité. D’une part la «féminisation et la diversité» des recrutements pour que la future police municipale «ressemble à la société», explique Paul Simondon. Et d’autre part l’écologie avec 3 millions d’euros investis dans l’équipement des agents, avec une préférence pour les moyens de déplacements «doux».

Avant de revêtir leur nouvel uniforme, les recrues ainsi que les agents mutés seront au préalable formés. Une centre dédié sera créé pour l’occasion dans les locaux d’une école maternelle du Xe arrondissement, soulevant au passage la colère des parents d’élèves. A terme, l’objectif affiché par la municipalité est d’atteindre 5 000 policiers municipaux, selon les projections du budget primitif 2021. Cette feuille de route sera ensuite examinée en conseil municipal la semaine prochaine.

Un accent porté sur la sécurité

Derrière le triptyque «emploi, santé, formation» du futur budget 2021, la majorité veut ériger la sécurité comme priorité. Ce qui a un coût, d’autant que la crise sanitaire a largement fait basculer les comptes de la ville dans le rouge. A la fin de l’année, la facture du Covid s’élèvera ainsi à 800 millions d’euros sur un budget annuel avoisinant les 10 milliards d’euros, a souligné Paul Simondon.

Voir aussi : Budget 2021 : la maire de Paris contrainte de fortement s’endetter

L’investissement reposera donc pour moitié sur la dette. Un «effort» budgétaire, explique le socialiste, qui vise à «garantir le bon fonctionnement du service public». Avec un ligne de mire : ne pas «ajouter de la crise à la crise», résume-t-il.

Une police municipale sans armes à feu

Avant d’en arriver là, l’article 4 de la loi «sécurité globale» prévoyant la création de cette police municipale doit achever son parcours parlementaire. Déjà adopté par l’Assemblée nationale en première lecture, le 17 novembre, le texte sera examiné par le Sénat en janvier. Une échéance qui pourrait marquer la fin d’une exception nationale puisque Paris est la dernière grande ville à ne pas posséder de police municipale. Une chose semble toutefois actée : les futurs agents ne porteront pas d’arme à feu comme à Béziers, ce que fustige la droite. L’ex-candidate à la mairie de Paris Rachida Dati a estimé dans un tweet que «L’État devrait imposer l’armement des policiers municipaux quand la sécurité des Français est en danger. C’est le cas à Paris».