Collecte de sang dans des lieux emblématiques de Paris

Des lieux parisiens emblématiques accueillent les dons du sang

Après le théâtre majestueux des Folies Bergère, l’Etablissement Français du Sang prend ses quartiers à l’Opéra Bastille dès jeudi, puis au Carrousel du Louvre ce vendredi. 

Fermés pour cause de crise sanitaire, trois établissements culturels mythiques rouvrent exceptionnellement leurs portes. Mais ce mardi, toujours pas de concert, ni de pièce de théâtre. Des infirmiers s’affairent dans le très chic hall des Folies Bergères : sous un lustre imposant, les volontaires sont installés pour faire don de leur sang. Bien loin des murs blancs des hôpitaux, les dorures et la lumière bleutée semblent vouloir faire oublier l’angoisse de l’acte médical. 

Malgré une billetterie fermée, le lieu reprend vie. Les volontaires suivent un parcours d’environ une heure puis donnent entre 450 et 470 millilitres de sang. D’abord, un questionnaire sur le mode de vie, puis une visite médicale pour déterminer si les volontaires peuvent effectuer le don sans risque. Le sang est ensuite prélevé par un infirmier, et une collation est distribuée au donneur pour qu’il reprenne des forces. C’est là que Zoé, étudiante de 23 ans et donneuse régulière, sirote son café : « Je ne m’attendais pas du tout à arriver aux Folies Bergère, c’est une bonne surprise ». Aujourd’hui, elle a convaincu son ami Arnault, 26 ans, de donner son sang pour la première fois. « Je serais venu quoi qu’il en soit, mais pouvoir entrer dans un tel lieu, c’est un plus ! », se réjouit-il. 

Les Folies Bergère sont la première étape d’une semaine de collectes dans des lieux emblématiques de la capitale. Dr Michèle Villemur, médecin à l’Etablissement Français du Sang d’Île de France, espère que ces cadres insolites sauront convaincre de potentiels volontaires. « Ça va les aider à passer le pas de la porte de la collecte », espère-t-elle. « Le don du sang n’est pas un moment triste, les donneurs sauvent trois vies en étant invités dans un superbe lieu. » 

Le contexte sanitaire actuel empêche l’organisation de toute collecte dans les universités, et le télétravail rend de telles opérations difficiles au sein des entreprises. Le confinement limite les déplacements, et même si une dérogation s’applique aux volontaires, le don se complexifie. “Notre objectif de 1700 dons quotidiens pour l’Île de France est difficile à atteindre cette année”, déplore néanmoins Michèle Villemur.

Les prochaines collectes auront lieu : 

  • Jeudi 10 décembre de 14h à 19h à L’Opéra Bastille 
  • Vendredi 11 décembre de 12h à 17h au Carrousel du Louvre 
  • Pour respecter les normes sanitaires, les dons s’organisent sur rendez-vous.