Quartier Mante-Université : où en est le projet ?

Quartier Mante-Université : où en sommes-nous ?

Lundi 7 décembre l’EPAMSA (Établissement public chargé du projet) présentait les avancées du quartier mixte de Mante-Université à Mante-la-Ville, dans les Yvelines. Le CFJ Lab fait un point d’étape sur le projet.

♦ Mante-Université : qu’est-ce que c’est ? 

Mante-Université est un quartier mixte sur la commune de Mante-la-Ville, à proximité directe de la gare de Mante-la-Jolie (Yvelines). Auparavant une friche industrielle et ferroviaire, cet espace est depuis 2006 au cœur d’un projet de réhabilitation sous la forme d’une zone d’aménagement concerté (ZAC). A terme, l’objectif est de bâtir un quartier mixte de 47 hectares sur lesquels seront bâtis 2 500 logements. Plusieurs infrastructures ont déjà vu le jour comme une École nationale de musique (2011), l’Institut de Sciences techniques des Yvelines (2013) ou encore un centre aquatique (2013). 

♦ Quoi de nouveau ? 

Lundi 7 décembre, l’EPAMSA (Établissement public d’aménagement du Mantois Seine Aval) a présenté le plan guide de la continuité du projet. On apprend entre autres qu’un îlot urbain d’habitation va être développé pour accentuer l’offre immobilière. 800 sur 2 500 logements ont déjà été livrés. Avec ces îlots, ce sont 250 nouvelles habitations qui devraient voir le jour. Comme point d’orgue, le plan affirme surtout la réhabilitation de la Halle Sulzer. Cette halle dont l’architecture symbolise l’identité industrielle passée du lieu était un enjeu majeur de conservation. Elle ne faisait pas partie des précédents plans de réhabilitation. 

♦ Quels sont les enjeux ?

Un premier enjeu de la réhabilitation de ce quartier est l’utilisation d’espaces progressivement abandonnés. Les bâtiments construits et réhabilités répondent également à des enjeux de développement durable. Enfin, le bassin mantois sera mieux connecté avec Paris. Le quartier, déjà accessible en train via la gare de Mante-la-Jolie, le sera également en transports en commun dès 2024 via le RER E prolongé à l’ouest. Ainsi, Paris sera accessible en 35 minutes (La Défense et Gare Saint-Lazare). Un atout de poids pour limiter la pollution issue des transports routiers.

♦ Existe-t-il d’autres projets similaires en IDF ? 

Il en existe de très nombreux, de taille et de longévité diverses au sein de l’Île de France. A elle seule, la ville de Paris comptait 13 zones d’aménagement au 1er janvier 2020. Autre exemple, les Haut-de-Seine en comptaient 83 en 2019.