Municipales 2020 : De possibles nouvelles élections dans plusieurs villes d’Ile-de-France

 

Les résultats des élections municipales à Asnières, Boulogne et Neuilly ont été validés hier par le tribunal administratif de Cergy (Val-d’Oise). Des recours avaient été formulés dans plusieurs dizaines de villes franciliennes.

 

Fin du feuilleton pour Asnières, Boulogne et Neuilly. Le tribunal administratif de Cergy (Val‑d’Oise) a rejeté, jeudi 10 décembre, les recours contre les élections municipales de ces trois villes des Hauts-de-Seine. Les résultats du premier tour sont donc validés, comme à Bagneux et Ville‑d’Avray la semaine précédente.

Des scrutins annulés

Forte abstention à cause de la crise sanitaire, bulletins oubliés ou tentatives de corruption électorale, des dizaines de villes d’Ile-de-France voient les résultats des élections municipales contestés. Si la majorité des recours est rejetée, certains électeurs pourraient néanmoins être de nouveau appelés aux urnes. Au Pré-Saint-Gervais (Seine-Saint-Denis), le tribunal administratif de Montreuil a ainsi annulé le 3 décembre les résultats du 15 mars. 42 bulletins de vote n’avaient en effet pas été comptabilisés. Le maire Laurent Baron (Parti socialiste) a un mois pour faire appel de la décision.

Scénario similaire à Vauréal (Val‑d’Oise), Chesnay-Rocquencourt (Yvelines) ou encore dans plusieurs villages de Seine-et-Marne, où les résultats ont été annulés par les tribunaux administratifs compétents. Si certaines communes, comme Monnerville (Essonne) ont déjà réorganisé un scrutin, d’autres attendent encore la décision des tribunaux. À l’Ile-Saint-Denis, le maire Mohamed Gnabaly (sans étiquette) a fait appel de la décision du tribunal administratif de Montreuil. Les résultats avaient été annulés début octobre pour cause « d’accumulation d’initiatives » de la majorité sortante quelques jours avant le vote.

Des dizaines de villes en attente de décisions

De nombreux recours doivent encore être examinés. Le tribunal administratif de Cergy rendra ses décisions sur les villes d’Issy-les-Moulineaux et de Clichy le 17 décembre. Il se penchera ensuite sur les cinq villes des Hauts-de-Seine où le deuxième tour est contesté. Les tribunaux administratifs de Montreuil, Versailles et Melun observent un planning similaire. Le début de l’année 2021 pour ces institutions sera ainsi rythmé par l’arbitrage des élections du printemps 2020.

Mathilde Pires