Agnès B. : le tabou de l’inceste “est en train de tomber”

Capture d'écran du passage d'Agnès B. sur LCI

 

Invitée dimanche 14 février sur LCI, la styliste Agnès B. s’exprime sur les attouchements dont elle a été victime adolescente. Marquée à vie, elle témoigne pour "protéger d’autres enfants".

“C’est pas du tout que j’ai envie d’en parler, mais je me sens un peu obligée de le faire” se confie Agnès B. sur la chaîne de télévision LCI, dimanche soir. La créatrice française avait 16 ans lorsqu’elle est victime d’attouchements de la part de son oncle. Enfermée dans le silence pendant des années, ce n’est qu’à 30 ans qu’elle a pu partager son histoire. 

Avec la parution du livre de la juriste Camille Kouchner, La Familia grande dans lequel le politologue Alain Duhamel est accusé d’inceste, Agnès B. reconnaît les difficultés de la libération de la parole des victimes dans leurs familles. “Cela fait des ravages autour, c’est compliqué de parler de ça. Cela fait beaucoup de mal” déplore-t-elle, rappelant que lorsqu’elle s’est confiée à sa mère, l’absence de réaction a renforcé son enfermement dans le silence.

Une vague de témoignages à travers le hashtag #MeeTooInceste a récemment levé le voile sur un système de violences sexuelles et de silence à laquelle la styliste française a souhaité apporter son soutien. Cela peut arriver “dans tous les milieux” insiste-t-elle, et c’est une expérience qui “vous marque à vie”.

Confiante sur le fait que le tabou de l’inceste “est en train de tomber”, elle salue l’annonce du gouvernement de fixer à 18 ans le seuil d’âge de non-consentement ainsi que l’attention portée par la justice à ces questions. Elle demeure cependant dubitative sur un potentiel effet dissuasif, doutant que “les prédateurs se rendent vraiment compte de ce qu’ils font”.