Fermeture de la frontière franco-allemande : Paris appelle à une “concertation”

Kehl, Baden-Württembergs / Strasbourg, France @Sami Mlouhi

 

Face à la recrudescence de cas de variant sud-africain en Moselle, l'Allemagne pourrait filtrer les passages à la frontière franco-allemande, comme elle l'a fait pour la République tchèque et le Tyrol. Le gouvernement français tente par un dialogue de parer aux coups pour les frontaliers et routiers.

Paris “ne souhaite pas que l’Allemagne ferme complètement sa frontière” avec la France, a affirmé lundi 15 février, Clément Beaune, le secrétaire d’Etat chargé des Affaires Européennes, sur France Info. La veille, l’Allemagne avait annoncé instaurer des restrictions strictes d’accès avec la République tchèque et la région autrichienne du Tyrol. La France pourrait être le prochain pays concerné, a laissé entendre le gouvernement d’Angela Merkel.

Et pour cause, la situation sanitaire en Moselle, département limitrophe de l’Allemagne, est préoccupante : une progression du très contagieux variant sud-africain y est constatée. Dans cette perspective, le secrétaire d’Etat français aux Affaires européennes a appelé à une “concertation” afin de définir ensemble des exceptions les plus larges possible”. Clément Beaune a insisté sur le besoin d’une prise en compte de “la vie quotidienne des frontaliers qui ont besoin de cet accès” transfrontalier. Le transport routier serait également l’une des “préoccupations” du gouvernement.

“Nous n’exposerons pas les frontaliers à de nouvelles difficultés”

Interrogé lundi 15 février au sujet de la France, le gouvernement allemand a indiqué “continuer d’observer précisément la situation (sanitaire, ndlr) pour évaluer en continu les mesures de lutte contre la pandémie”. Le ministre-président de la Sarre, région à la lisière de la Moselle et du Luxembourg, Tobias Hans, a quant à lui affirmé, dans un quotidien local allemand, que de nouveaux contrôles ne pourront “être exclus”. “Mais nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour empêcher les contrôles aux frontières comme ceux du printemps 2020, a‑t-il tempéré. En aucun cas, nous n’exposerons les frontaliers à de nouvelles difficultés.” Tobias Hans a notamment suggéré que ces derniers pourraient circuler sur présentation d’un test PCR négatif.

L’Allemagne, qui enregistre un recul du nombre de cas positifs au Covid-19, entend se préserver de la propagation des variants. Aux frontières du Tyrol et de la République tchèque avec l’Allemagne, seuls les Allemands, les personnes résidant dans le pays, les frontaliers et les professions jugées stratégiques (comme le transport de marchandises) sont autorisés à passer, sous réserve d’un test PCR négatif. La moitié des 10.000 contrôles recensés lundi matin s’est soldée par un refoulement.