L’Angleterre instaure une quarantaine à l’hôtel pour contrer la propagation des variants

Le pays a mis en place lundi un isolement obligatoire à l’hôtel pour tous les résidents des états classés à risque. Une mesure destinée à éviter l'importation sur son sol des variants du Covid-19.

Les résidents britanniques et citoyens irlandais de retour d’un pays où sévissent des variants du Covid-19, devront désormais s’isoler 10 jours à l’hôtel à leur arrivée sur le sol anglais. L’Angleterre avait déjà interdit les arrivées des non-résidents en provenance d’une liste de 33 pays qui comporte la totalité de l’Amérique latine et l’Afrique du Sud. Le pays inaugure lundi une quarantaine obligatoire pour les résidents anglais de retour de ces pays afin de limiter l’importation de variants, plus résistants aux vaccins actuels. 

Au Royaume-Uni, l’épidémie a déjà fait 117 000 morts, et les Britanniques vivent depuis début janvier leur troisième confinement. Avec ces mesures, le gouvernement de Boris Johnson entend préserver le bénéfice de la campagne massive qui a permis de vacciner plus de 15 millions de personnes. 

Mais la note du retour risque d’être salée pour les voyageurs en provenance des pays considérés comme à risque. Le prix de leur séjour à l’hôtel est à leur entière charge, à savoir 1 750 livres sterling (près de 2 000 euros), tests compris. Les contrevenants encourent de lourdes sanctions, allant de 1 000 livres d’amende (1 125 euros) pour un test négatif manquant à leur arrivée, jusqu’à 10 000 livres pour ceux qui tentent d’échapper à la quarantaine à l’hôtel. Ceux qui cacheraient leur passage dans un pays à risque encourent 10 ans de prison. 

Craintes des hôteliers

La mesure sème la crainte parmi le personnel des hôtels car faute de possibilité d’aérer suffisamment, ces établissements risquent de se transformer en clusters. Selon Charlie Islam-Harry, le personnel s’assurera régulièrement du bien-être de ces clients d’un nouveau genre. La responsable de l’hôtel St Giles d’Heathrow insiste auprès de l’AFP : “évidemment pendant leur quarantaine, on essayera de garder autant que possible nos distances car de toute évidence on ne saura pas quel est leur état de santé”.

Le gouvernement a déjà réservé près de 5 000 chambres, avec une capacité qui pourra être portée à 58 000. L’écosse de Nicola Sturgeon a quant à elle décidé d’appliquer les mêmes mesures que l’Angleterre, mais en l’étendant à toutes les arrivées, 1 300 chambres sont disponibles dans le pays.