Perpignan : les musées devront refermer

@Pablo Tupin-Noriega

 

Le tribunal administratif de Montpellier a interdit, lundi 15 février, l’ouverture des musées de Perpignan dans les Pyrénées-Orientales. Le maire RN Louis Aliot avait autorisé leur réouverture en respectant les jauges.

La décision est tombée. Pas de musée pour les 120 000 habitants de Perpignan. Mardi 9 février, Louis Aliot, le maire Rassemblement National (RN), avait pris des arrêtés permettant l’ouverture des musées de la ville. Pendant près d’une semaine, les quatre musées concernés ont accueilli environ 2000 visiteurs avec une jauge de dix mètres carrés par personne, précise Midi Libre.

“La mairie peut déterminer ce qui est dangereux ou pas” s’est défendu Louis Aliot lors de l’audience, pour justifier ses quatre arrêtés. Un argument qui n’a pas convaincu le tribunal, précisant que ces derniers étaient contraires au décret d’octobre 2020 prévoyant l’interdiction complète de l’ouverture des musées en France. Sur Twitter, le maire de Perpignan dit regretter la décision du tribunal administratif ajoutant que “la culture est un besoin essentiel qui ne demande qu’à s’exprimer.”

“Un coup politique”

Dans la lignée de Perpignan, à Issoudun, dans l’Indre, le maire André Laignel a autorisé samedi 13 février la réouverture du musée dans sa ville. La décision du tribunal administratif de Montpellier pourrait entraîner en cascade la nullité des arrêtés similaires pris par d’autres communes en France. Cependant, le maire de Perpignan a indiqué dans un communiqué faire appel de cette décision.

La mesure d’ouverture des musées avait fortement fait réagir l’exécutif. Au lendemain de l’annonce du maire RN Louis Aliot, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot s’était étonnée sur France 2 “que le maire de Perpignan ne respecte pas les lois de la République”. Le garde des Sceaux, Éric Dupond Moretti, avait quant à lui dénoncé un “coup politique”.