Adidas va se séparer de sa filiale Reebok

Siège européen d'Adidas Reebok à Amsterdam - Philip Shannon - 2017

 

La célèbre marque sportswear Adidas a annoncé sa volonté de vendre sa filiale américaine Reebok, en difficulté financière.

Quinze ans et une pandémie auront fini par convaincre l’équipementier sportif allemand Adidas de revendre sa filiale américaine Reebok. La séparation était dans les tuyaux depuis plusieurs mois maintenant. Le 16 février, le groupe aux trois bandes iconiques a annoncé faire le choix de se recentrer sur sa marque, dans une période économique instable. “Après mûre réflexion, nous sommes parvenus à la conclusion que Reebok et Adidas seront en mesure de réaliser nettement mieux leur potentiel de croissance indépendamment l’un de l’autre”, a notamment déclaré le PDG d’Adidas Kasper Rorsted.

Dans son communiqué, le groupe allemand indique avoir “décidé de lancer le processus formel en vue d’une vente de Reebok”. Une vente qui rentre dans le cadre d’un plan de redressement sur cinq ans pour Adidas.

Pendant plusieurs années, le groupe qui se définit comme “leader du marché sportif mondial” avait porté à bout de bras sa filiale américaine Reebok. Il l’avait rachetée en 2006 pour la somme de 3,1 milliards d’euros. À l’époque, le but était de concurrencer l’équipement américain Nike. Mais cette acquisition n’a pas tourné à la réussite. En dépit de collaborations avec des célébrités telles que Victoria Beckham, Cardi B ou Ariana Grande, Reebok n’a pas su se développer sous la houlette d’Adidas. Trop stricts les Allemands ?

Un poids pour Adidas

Adidas n’a pas encore communiqué au sujet de potentiels acheteurs même si le bruit court depuis fin 2020 que le propriétaire chinois d’Anta Sports et de North Face était potentiellement intéressé par l’acquisition de Reebok. Une réunion programmée le 10 mars doit permettre au groupe de donner davantage de détails.

Depuis 2017, certains actionnaires appellent à la vente de Reebok. Aujourd’hui, suite à plusieurs dépréciations comptables, la marque vaut environ 800 millions d’euros. Elle réalise de maigres résultats tandis que le marché de l’équipement sportif se relève doucement de la crise. Au troisième trimestre de 2020 les ventes de Reebok ont baissé de 7% pour atteindre 403 millions d’euros tandis que celles d’Adidas n’ont reculé que de 2%, à 5,5 milliards d’euros.