Agressions sexuelles : nouvelle accusation contre le directeur du centre d’ostéopathie à Valbonne

Crédits : Photo by Romina Farías on Unsplash

Après l’ouverture d’une information judiciaire le 28 janvier à l’encontre de Marc Bozzetto, le directeur de l’école d’ostéopathie de Valbonne se retrouve accablé par un nouveau témoignage, le quatrième en date. Patricia l’accuse d’agression sexuelle sous motif d’ « ostéopathie pelvienne ».

 

C’est un témoignage accablant qu’on peut lire aujourd’hui dans Nice Matin. Dans un contexte de libération de la parole des victimes de violences sexuelles et de viol, Patricia, qui travaille dans le secteur de la culture, a fait le pas, et dénonce une agression sexuelle qui remonte à juin 2013.

Une libération de la parole

“Je m’étais tue, mais cet article m’a replongée dans cette histoire”, explique Patricia à Nice Matin, en référence aux témoignages dénonçant le praticien, publiés par le quotidien le 28 janvier dernier.

“J’avais préféré en rester là. Mais je ne peux rester muette. Je ne veux pas de nouvelles victimes “, poursuit Patricia, qui avait rencontré Marc Bozzetto, le directeur de l’école, dans un cadre professionnel. Elle dévoile à l’époque son désespoir face à des douleurs aux cervicales. M. Bozetto aurait alors prétexté l’ “ostéopathie pelvienne ” pour agresser sexuellement Patricia.

L’instruction judiciaire est ouverte

Quatre victimes ont été identifiées à ce jour et le prévenu n’a, à ce jour, “ni été convoqué, ni mis en examen”, indique Me Karine Benadava, son avocate.  Ce pionnier de l’ostéopathie dite « holistique » en France nie toujours les faits. Dans un reportage de France 3, diffusé en 2018, il avait été accusé par deux jeunes femmes qui avaient affirmé avoir eu affaire à des “propos et des gestes déplacés à des endroits qu’on a pas envie de mettre à nu”.