Des concerts-test annoncés par Roselyne Bachelot dès la mi-mars

L'un des objectifs des concerts tests consiste à essayer de maintenir la tenue des festivals cet été - Photo by Pixel for Pixabay

Roselyne Bachelot, ministre de la Culture, a annoncé sur le plateau de LCI la tenue de concert-test "debout" à Paris et à Marseille dès la mi-mars.

Danser et chanter au son de son musicien préféré dans une salle de concert ne sera peut-être bientôt plus une fiction, à l’heure ou la crise sanitaire empêche  la tenue de toutes formes d’événements culturels. Roselyne Bachelot, ministre de ma culture, a annoncé sur LCI lundi soir la mise en place d’“expérimentations” pour des concerts “debout”  entre mars et avril dans deux villes clés : Paris et Marseille. Au programme : tests avant et après le concert, port du masque obligatoire, gel hydroalcoolique, et jauge de public. L’objectif est de trouver un modèle de concert 2.0, permettant la réouverture des lieux de spectacles. C’est une nouvelle rassurante pour le monde du spectacle et les intermittents, mais aussi une bouffée d’air frais pour tous les férus de concerts, privés de ce loisirs depuis le début de la crise sanitaire.

Des règles sanitaires strictes

Cette expérimentation menée, avec l’Inserm, l’institut nationale de la santé et de la recherche médicale, prendra la forme de deux concerts-test “assis avec la possibilité de se lever”, réunissant quelques milliers de personnes à la mi-mars dans la salle de spectacle du Dôme à Marseille. A Paris, ce sera l’AccorHotels Arena avec l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris, qui accueillera 5000 personnes pour une seconde expérimentation de concert en  “jauge debout” avec un “groupe test”, a précisé la ministre.

Des tests obligatoires seront mis à disposition avant et après l’évènement, mais personnes testées positives ne se verront pas refuser l’accès au concert “parce qu’il faut se mettre en situation où il y aura un brassage”, a expliqué Roselyne Bachelot.  Ces concerts 2.0 pourront néanmoins uniquement avoir lieu si la situation sanitaire le permet et si les protocoles sont validés.

Une année sinistrée pour le monde du spectacle 

Ces propositions arrivent ainsi à point nommé pour l’industrie du spectacle, sinistrée depuis le début de la crise sanitaire. Les 270 000 intermittents des spectacles qu’ils soient artistes ou techniciens ne sont pas retournés sur leur lieu de travail depuis quasiment 1 an. La cause : 2 confinements et un couvre-feu, engendrant l’annulation massive des représentations. Le mécontentement est total. Une tribune, signée par 350 intermittents du spectacle,  a été publié par France info en décembre dernier pour appeler à sauver la culture en berne.

Aujourd’hui, l’ambition du gouvernement semble claire : permettre la tenue des festivals et concerts dès l’été. La France n’est d’ailleurs par la seule à proposer ses concerts 2.0. Il y a quelques mois, Barcelone organisait un concert-test très commenté, lors du festival Primavera, se soldant par un résultat plus que positif puisqu’aucune contamination n’avait été enregistrée.