Enquêtes pour abus de confiance : le domicile du ministre Alain Griset perquisitionné

Crédits : Wikimedia Commons. Deux enquêtes ont été ouvertes à l’encontre d'Alain Griset, ministre chargé des Petites et Moyennes Entreprises, pour soupçon d’ "abus de confiance" – Paris, décembre 2020.

 

Le logement de fonction du ministre délégué aux PME, Alain Griset, a été perquisitionné le 10 février, indique le ministère ce mardi. Deux enquêtes ont été ouvertes à l’encontre du ministre pour soupçon d’ "abus de confiance".

Le logement de fonction à Bercy du ministre délégué aux PME, Alain Griset, a été perquisitionné le 10 février, a appris l’AFP auprès du ministère, confirmant une information dévoilée par le Canard Enchaîné. Le ministère des PME a réagi en précisant que la perquisition “est une étape classique dans le cadre d’une enquête préliminaire” et que seul le logement privé du ministre était visé par cette perquisition datant du 10 février.

Épinglé par la Haute autorité pour la transparence de la vie publique 

Selon la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), chargée de contrôler les déclarations de patrimoine et d’intérêts de certains responsables publics, la déclaration de situation patrimoniale d’Alain Griset “omet des participations financières détenues dans un plan d’épargne en actions, ainsi que le compte espèces associé, pour un montant total de 171.000 euros, afin d’empêcher la révélation de faits susceptibles de recevoir la qualification pénale d’abus de confiance”. Autrement dit, Alain Griset fait l’objet de deux enquêtes, ouvertes après la saisie de la justice par HATVP fin novembre pour “omission substantielle” de son patrimoine et soupçon d’ “abus de confiance”. 

Le ministre, entré au gouvernement lors du remaniement en juillet 2020, affirmait alors faire “preuve d’honnêteté”, sans pouvoir “commenter une procédure en cours”.

Deux enquêtes ouvertes à Paris et à Lille

La première enquête a été ouverte par le parquet de Paris pour omission de déclaration d’une partie substantielle de son patrimoine ou de ses intérêts et confiée à la Brigade de répression de la délinquance économique (BRDE). La deuxième enquête a été ouverte par le parquet de Lille, confiée à l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF).