Espagne : le rappeur Pablo Hasél a été arrêté

Crédits photo : NikoneCons

L’artiste catalan, condamné pour des tweets contre les forces de l’ordre, a été exfiltré de l’université où il s’était barricadé

L’opération a duré plusieurs heures, mais “aucun incident grave” n’a eu lieu selon les forces de l’ordre. Ce mardi matin, le rappeur espagnol Pablo Hasél a été arrêté dans l’université de Lérida en Catalogne, un jour après s’y être barricadé avec une dizaine de soutiens. “Ils ne nous arrêteront pas, ils ne nous feront jamais plier, malgré toute la répression”, a crié l’artiste catalan le poing levé, escorté par plusieurs policiers.

Pablo Hasél – de son vrai nom Pablo Rivadulla Duró – avait jusqu’à vendredi soir pour se rendre volontairement en prison et commencer à y purger sa peine de neuf mois. Reconnu coupable d’apologie du terrorisme, ainsi que d’injures et calomnies à l’encontre de la couronne et de l’Etat, il avait été condamné pour des tweets. Dans ces derniers il qualifiait notamment les forces de l’ordre espagnoles de “mercenaires de merde”, et les accusait de torture et d’assassinats.

Une arrestation controversée 

Proche de certains mouvements d’extrême gauche, le rappeur est devenu pour beaucoup d’Espagnols le symbole de la liberté d’expression. Ces dernières semaines, plusieurs manifestations ont eu lieu à Madrid et à Barcelone afin de le soutenir, tandis que plus de 200 personnalités du monde culturel hispanophone, dont le réalisateur Pedro Almodóvar et l’acteur Javier Bardem, ont signé une tribune pour exiger sa libération.

Le gouvernement aussi s’est ému. La peine prononcée contre Pablo Hasél est marquée par “un manque de proportionnalité que l’exécutif avait déjà identifié à la suite de la publication de ce jugement”, a reconnu la semaine dernière sa porte-parole, Maria Jesus Montero. Dans un communiqué publié lundi 8 février, le gouvernement a indiqué qu’il préparait “une réforme” pour que les “excès verbaux commis dans le cadre de manifestations artistiques, culturelles ou intellectuelles” ne relèvent pas du droit pénal.