FC Nantes : Mickaël Landreau à la tête d’un projet de rachat du club

Le stade de la Beaujoire @ManuelMC -11/11/06

 

L’ancien capitaine nantais, devenu consultant, travaille depuis plusieurs semaines sur ce projet.

Après avoir tenu, durant 13 ans, les cages de la maison jaune, il s’apprêterait à en prendre les rênes. D’après les informations de France Football, Mickaël Landreau, ancien capitaine et gardien de but des canaris (1993–2006) est à la tête d’un projet de reprise du FC Nantes composé d’investisseurs.

Interrogé hier soir à ce sujet sur le plateau de Canal +, l’intéressé n’a pas confirmé, mais n’a pas non plus démenti. “C’est mon club de base, donc on peut rêver, mais ce n’est pas parce que l’on rêve que l’on peut acheter, a‑t-il expliqué sur le plateau du Late Football ClubEn cas de projet, c’est inévitable qu’à Nantes, compte tenu de ce que je représente, je puisse être évoqué. Mais entre vouloir, pouvoir et réussir, il y a tout un monde.”

« Aucun rapprochement de près, ni de loin »

Pourtant, le tour de table pour reprendre le club aux mains de Waldemar Kita avance de manière très solide selon 20 Minutes. L’homme d’affaires polonais, critiqué pour sa gestion calamiteuse sur le plan sportif depuis 2007, n’a jamais encore eu affaire avec Mickaël Landreau. Il avait racheté la maison mère des jaunes et verts un après le départ de son portier emblématique. Depuis, pas moins de quinze entraîneurs se sont succédés sans résultats sur le banc des canaris qui entament la seconde partie de saison dans la zone de relégation.

Selon les informations de 20 Minutes, Landreau, qui a quitté le banc de Lorient en mai 2019 pour devenir consultant travaille depuis plusieurs semaines sur la structuration sportive du club. D’anciens Nantais pourraient même débarquer si le projet de reprise aboutit.

Les investisseurs ont-ils déjà pris contact avec le président Waldemar Kita ? Pour l’heure, l’entourage de la direction nantaise affirme à 20 Minutes qu’il n’y a eu “aucun rapprochement ni de près, ni de loin”. La semaine dernière, Franck Kita le directeur général délégué du FCN, affirmait n’être “à l’écoute de rien du tout” si un éventuel repreneur toque aux bureaux parisiens. Waldemar Kita, qui est exhorté par certains de ses proches à vendre, ne fermerait cependant absolument pas la porte à une éventuelle cession.