“Jamais je n’ai souhaité mettre fin aux contrôles d’identité”, riposte la Défenseure des droits

Claire Hédon a réaffirmé sa volonté de mener des expérimentations pour évaluer la quantité et l'efficacité des contrôles d'identité, mardi 16 février sur Europe 1. 

Vendredi, sur FranceInfo, Claire Hédon avait annoncé vouloir expérimenter des zones sans contrôle d’identité. Image — SOURCE : Pixabay — Annabel_P

La Défenseure des droits a clarifié sa position sur les contrôles d’identité ce matin au micro d’Europe 1. Claire Hédon a insisté sur la nécessité d’évaluer la “traçabilité” et “l’efficacité” de ces contrôles. Vendredi, sur FranceInfo, elle avait annoncé vouloir expérimenter des zones sans contrôle d’identité. Cette proposition a provoqué de nombreuses réactions des élus et syndicats de polices. 

Ce matin au micro d’Europe 1, Claire Hédon a nuancé son propos en déclarant, je n’ai jamais dit que je voulais mettre fin aux contrôles d’identité, mais fin aux contrôles sans traçabilité. La traçabilité pourrait passer, selon elle, parune quantification ou la mise en place de récépissés”. 

La colère des syndicats 

Du côté des syndicats de policiers, cette proposition a provoqué une vague d’indignation. Dans un tract, Alliance police craint de voir émerger des “zones de non-droit” qui pourraient “faciliter le travail des délinquants”. Sur Twitter le syndicat Synergie-Officiers accuse la Claire Hédon d’être “définitivement hors-sol” et de vivre “dans un monde parallèle de bobos”.  

 

“Il y a des contrôles d’identité qui sont discriminatoires” a rappelé la Défenseur des droits sur Europe 1. Et a insisté, “La répétition des contrôles d’identité est insupportable pour certains jeunes”.  En janvier 2017, un rapport du Défenseur des droits avait conclu qu’un “jeune homme perçu comme noir ou arabe (…) a une probabilité 20 fois plus élevée” d’être contrôlé que le reste de la population.