Le parlement australien bousculé par des accusations de viol, Morrison présente ses excuses

Parlement australien SOURCE: Between a Rock

 

 

Le Premier ministre australien, a présenté ses excuses mardi suite aux révélations, d’une ex-employée déclarant avoir été violée par un collègue au Parlement. 

Il y a deux ans, Brittany Higgins travaillait pour la ministre de l’Industrie de défense australienne. L’ancienne employée a affirmé lundi avoir été violée par un collègue dans le bureau de la ministre au Parlement (aujourd’hui ministre de la Défense). Les faits remontraient à 2019 lors une soirée arrosée avec d’autres collègues du Parti libéral. Ces accusations ont suscité un scandale depuis leur révélation et poussé le Premier ministre, Scott Morrison à s’excuser de la gestion interne de cette affaire.

Mme Higgins a en effet fait part au site news.com.au qu’après avoir fait état de cette agression à sa hiérarchie, elle avait été conviée à en discuter dans la salle-même où elle avait subi le viol. Le gouvernement avait alors défendu les supérieurs de la jeune femme en affirmant qu’il l’avaient encouragée à porter plainte, en concédant toutefois que le choix du lieu de cette réunion était une erreur.

« Cela n’aurait pas dû se passer »

Ces révélations apparaissent au sein du milieu politique australien, entaché ces dernière années par plusieurs affaires d’agressions sexuelles, intimidation et harcèlement. L’ancienne employée rapportait d’ailleurs à Channel10 s’être sentie comme un « problème politique », ayant le sentiment que ses supérieurs se souciaient plus du parti que de sa personne. Âgée de 24 ans à l’époque, Brittany Higgins raconte qu’elle avait eu le sentiment de devoir choisir entre “un emploi de rêve » et une plainte auprès de la police.

En défendant l’attitude des supérieurs de la victime déclarée, le gouvernement n’a pas fait retomber l’émoi suscité par ces accusations, au contraire. Le Premier ministre a ainsi dû changer de cap pour tenter d’apaiser la situation : “Cela n’aurait pas dû se passer. Et je présente mes excuses ». Une décision qu’il explique avoir prise lors d’un discussion avec son épouse lundi. Scott Morrison a annoncé dans la foulé ouvrir une enquête sur la façon dont sont recueillies les plaintes pour agression sexuelle, et une autre sur la culture de travail au sein du Parlement. 

“Les environnements professionnels où les jeunes femmes se trouvent dans des situations si vulnérables ne devraient pas exister” a insisté le Premier ministre australien. Pour Mme Higgins, qui a remercié le chef du gouvernement pour ses excuses, une action aurait dû être lancée avant qu’elle n’ai besoin d’alerter les médias.