TikTok dans le viseur des associations de consommateurs

L'UFC-que-choisir annonce ce mardi un dépôt de plainte contre la plateforme chinoise TikTok. En cause, le manque de transparence et l'absence de protection des données personnelles de ses utilisateurs. La Commission européenne va être saisie.

TikTok, bientôt sur le banc des accusés ? L’application chinoise qui fait un carton dans le monde entier est dans le viseur de plusieurs associations de consommateurs en France et en Europe. L’UFC-que-choisir ainsi que son homologue, le Bureau européen des unions des consommateurs (BEUC) annoncent ce mardi un dépôt de plainte à l’encontre de TikTok. En cause, le manque de transparence de l’application ainsi qu’une absence de protection des données personnelles de ses utilisateurs, souvent très jeunes. Selon un communiqué de l’UFC-que-choisir, la Commission européenne va être saisie pour l’ouverture d’une enquête sur les pratiques de TikTok.

Manque de transparence et absence de protection

Ils sont 100 millions d’internautes en Europe à utiliser cette application à succès. Pourtant, TikTok n’est pas sans rien à se reprocher. Et les critiques que lui adressent les associations de consommateurs fusent. En plus de ne pas protéger suffisamment les données personnelles des internautes mineurs, l’UFC-que-choisir accuse aussi l’application de ne pas vérifier leur âge à l’inscription. Alors que la plateforme déclare n’accepter que les utilisateurs de plus de 13 ans, 45% des enfants sous cet âge déclarent utiliser TikTok. Le risque : l’accès facilité à des contenus inappropriés pour les mineurs. Autre point de discorde : le système de monnaie virtuel de l’application visant à récompenser les vidéos préférées des internautes. TikTok “met tout en œuvre pour que l’utilisateur oublie qu’il s’agit d’argent réel”, affirme l’UFC en qualifiant cette pratique de “détestable”.

La Commission européenne, un moyen de pression

Possédant un nombre important d’utilisateurs en Europe, le recours auprès de la Commission européenne, très attachée au respect du RGPD (Règlement général sur la protection des données) apparait ainsi comme un moyen de pression idéal pour contraindre l’application à modifier ses pratiques. Une telle plainte au niveau européen a déjà été déposée contre le fabricant de jeux vidéos et de consoles Nintendo, au mois de janvier, pour dénoncer l’obsolescence programmée des manettes Switch. Les associations espèrent ainsi plus de transparence de la part de la plateforme TikTok.

Ce n’est pas la première fois, que la plateforme chinoise est mise en cause. En janvier dernier, les autorités italiennes avaient bloqué l’accès du réseau social aux utilisateurs dont l’âge n’est pas garanti, après la mort d’une fillette de 10 ans en Sicile qui participait au “jeu du foulard” sur le réseau social.