Conseil des ministres : l’épidémie régresse mais Attal appelle les Français à la prudence

Crédits photo : BFM TV

Le porte-parole du gouvernement a fait le point, à la suite du conseil des ministres, sur la situation sanitaire encore fragile mais pointe une amélioration.

Il serait déraisonnable de relâcher nos efforts et de crier victoire”, prévient le porte-parole du gouvernement face aux journalistes, ce mercredi 17 février. Le nombre de nouveaux cas détectés a certes légèrement diminué (-10% sur une semaine), mais il s’élève encore à 19 590 cas. “La pression sur nos hôpitaux reste très forte”, insiste Gabriel Attal, la barre des 3000 personnes en réanimation étant très largement dépassée. “Nous pourrions payer très cher toute forme de relâchement”, conclut-il.

Vaccins : une accélération en vue

Pour contrer les critiques d’une vaccination trop lente, largement due à un manque de doses, Gabriel Attal a martelé que le gouvernement avait “su, avec l’Europe, taper du poing sur la table”. Il a par ailleurs rappelé que la production française de vaccins Moderna devrait démarrer dès le mois de mars. “Je comprends la frustration des personnes de plus de 75 ans”, a toutefois concédé le porte-parole du gouvernement.

Répondre aux « angoisses » de la jeunesse

Concernant la détresse étudiante, Gabriel Attal a annoncé la création d’une aide forfaitaire allant jusqu’à 500 euros pour les étudiants, y compris les non-boursiers. En outre, deux jeunes seront recrutés dans chaque cité universitaire pour “créer du lien”. Il a également rappelé la réussite du dispositif des repas CROUS à 1 euro, 1,3 millions d’entre eux ayant déjà été distribués.