Quatre nouveaux membres et trois nouvelles spécialités au Conseil scientifique

Avec la nomination de ces quatre médecins, le Conseil scientifique compte désormais 18 membres - Photo : Creative Commons || Crédits : Bill Oxford

 

 

Le Journal officiel a annoncé mercredi matin l'arrivée de quatre nouveaux membres au Conseil scientifique. Pédopsychiatre, vétérinaire, gériatre... Ces nouvelles spécialités apportent une approche "interdisciplinaire" à ce collège d'experts chargé de conseiller le gouvernement dans sa gestion de la crise.

Il s’était fait discret depuis son dernier avis rendu public le 13 janvier. Le Conseil scientifique en charge de la crise du Covid-19 refait parler de lui. Il accueille aujourd’hui quatre nouveaux membres, dont trois qui introduisent une nouvelle spécialité médicale en son sein. L’objectif est clair : couvrir plus largement l’ensemble des problématiques scientifiques liées au Covid-19. Présentation des quatre médecins, et de l’apport de leurs spécialités pour le Conseil.

 

  • Thierry Lefrançois, le vétérinaire tant attendu. Cela faisait depuis la fin du mois de décembre que sa nomination était annoncée. Un vétérinaire va rejoindre le Conseil scientifique. Alors qu’environ 60% des maladies découvertes chez l’homme sont d’origine animale, l’arrivée du chercheur au CIRAD qui travaille depuis vingt ans sur les maladies animales tropicales est un atout pour le Conseil scientifique. Pour son centre de recherche, “cette nomination est emblématique d’une volonté de décloisonner les trois domaines que sont la santé humaine, animale et environnementale”.

 

  • Olivier Guérin, le choix logique d’un gériatre. Plus la pandémie de coronavirus se prolonge, plus les personnes âgées apparaissent en son centre. 59% des personnes décédées du Covid-19 en France entre mi-mars 2020 et mi-janvier 2021 avaient plus de 80 ans. Il était logique qu’un expert en gériatrie fasse son entrée au conseil, et tout aussi logique qu’il s’agisse de ce Niçois, président de la Société française de gériatrie depuis 2018.


  • Angèle Consoli, une pédopsychiatre pour ne pas oublier le moral des plus jeunes. Les conséquences psychologiques de la crise du Covid-19 sur les plus jeunes ont longtemps été négligées. Alors que la fermeture des écoles face aux variants est une hypothèse parfois évoquée, l’avis de la pédopsychiatre à la Pitié-Salpêtrière paraît aujourd’hui précieux. En octobre 2020, les admissions en pédiatrie pour des raisons psychiatriques étaient en effet 50% plus nombreuses au sein de 39 hôpitaux de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris qu’un an plus tôt.

 

  • Catherine Chirouze, une infectiologue de terrain. Catherine Chirouze n’amène pas de nouvelle spécialité au sein du Conseil mais apportera sans doute un regard frais. L’infectiologue au CHRU de Besançon suit de nombreux patients au plus près depuis le début de la pandémie. Elle a également participé à de nombreuses études sur le Covid-19 en France, dont une publiée en octobre dans le Journal of Medical Virology, cosignée avec Yazdan Yazdanpanah, poids lourd du Conseil scientifique.