Rihanna seins nus avec le dieu Ganesh : nouvelle polémique en Inde

Dans une publicité de lingerie partagée à ses 90 millions de fans sur Instagram, l'icône pop arbore un pendentif de la divinité la plus populaire du pays. Une provocation, selon une partie de la classe politique. Crédit photo : Kim Erlandsen, NRK P3

Après avoir déclenché l’ire des autorités indiennes il y a quelques semaines, la chanteuse Rihanna se retrouve dans une nouvelle polémique en Inde. La chanteuse pop a posté mardi sur Instagram une photo d’elle-même, seins nus, pour sa marque de lingerie “Savage X Fenty”, simplement vêtue d’un petit short pourpre et de bijoux.

Parmi eux, un pendentif représente une divinité pourvue d’une tête d’éléphant, de quatre bras et d’une défense cassée. Si vous ne l’avez pas reconnue, les hindous – religion de près de 80% de la population indienne – ont pu constater qu’il s’agissait de Ganesh, le dieu le plus populaire dans le pays.

“C’est scandaleux de voir comment @Rihanna se moque honteusement de notre Dieu bien-aimé #Ganesh, s’emporte Ram Kadam, un parlementaire membre du parti nationaliste du Premier ministre Narendra Modi, sur Twitter. Cela montre à quel point elle n’a aucun respect pour la culture et les traditions indiennes”.

La photo polémique. Capture d’écran via @badgalriri (Instagram)

Cette nouvelle polémique intervient quelques semaines après que l’icône de la pop, aux 100 millions d’abonnés sur Twitter et 91,4 millions sur Instagram, se soit attiré les foudres des autorités du pays début février. La chanteuse originaire de la Barbade avait pris la défense des agriculteurs qui manifestent contre les réformes agricoles en Inde.

Provocations

La pop star avait partagé un reportage de CNN sur les coupures d’internet qui ont touché Delhi pendant les manifestations d’agriculteurs la semaine dernière. “Pourquoi ne parlons-nous pas de cela?! #FarmersProtest” (manifestation des agriculteurs), avait-elle écrit. Son message avait été retweeté plus de 230 000 fois et commenté par près de 80 000 personnes.

L’activiste Suédoise Greta Thunberg, l’une des plus importantes militantes écologistes au monde, l’avait également retweeté, tout comme la nièce de la vice-présidente américaine d’origine indienne Kamala Harris, Meena Harris. Le ministère indien des Affaires étrangères leur avait reproché de s’immiscer de façon “sensationnaliste” dans le dossier des réformes agricoles du pays.

Ces provocations pourraient finir par ternir l’exposition de la chanteuse dans le pays. Le Conseil mondial hindou (Vishva Hindu Parishad, VHP), groupe rattaché au parti nationaliste hindou au pouvoir Bharatiya Janata (BJP), affirme avoir déposé des plaintes pour obtenir de Twitter et Facebook le retrait de l’image et des mesures contres les comptes de Rihanna.