Un bébé naît après une greffe d’utérus, une première en France

La mère et le bébé de 1,845 kg se portent bien. Crédits : RitaE/ Pixabay

 

Après l'accouchement vendredi dernier, la petite fille et sa mère vont bien, selon le chef de service de gynécologie-obstétrique de l'hôpital Foch de Suresnes. 

C’est une prouesse médicale. Pour la première fois en France, un bébé est né à la suite d’une greffe d’utérus dont avait bénéficié sa mère. La mère et l’enfant vont bien, selon le chef de service de gynécologie-obstétrique de l’hôpital Foch de Suresnes, qui a dirigé cette opération. 

Le bébé de 1,845 kg est né le vendredi 12 février. Atteinte du syndrome de Rokitansky (MRKH), Déborah, mère de la petite fille, est née sans utérus. En 2019, la jeune femme de 36 ans devient la première Française à bénéficier d’une greffe d’utérus d’une donneuse vivante, celui de sa propre mère, alors âgée de 57 ans.

En raison de la crise sanitaire, le délai entre la greffe et la grossesse a été rallongé. “On attend toujours un an pour être sûr que l’utérus greffé ne soit pas rejeté”, indique le Pr Jean-Marc Ayoubi, en charge de l’opération. La crise sanitaire a encore allongé l’attente. Les premières tentatives de PMA devaient commencer dès début 2020, mais toutes les activités ont été repoussées en raison du premier confinement. 

Un espoir pour beaucoup de femmes

Ce type de greffe est provisoire, elle sert uniquement à avoir un enfant. Une deuxième grossesse est même envisageable. En Suède, plusieurs femmes greffées ont déjà eu deux enfants. Déborah, patiente du Pr Jean-Marc Ayoubi, souhaite mener à terme une deuxième grossesse, mais “on attendra un an” signale le Professeur. 

Le syndrome de Rokitansky (MRKH) touche environ 1 femme sur 4500. Cet exploit médical représente donc un réel espoir pour beaucoup de femmes.  L’équipe du professeur Ayoubi, en charge de l’opération de Deborah, a reçu l’autorisation de l’Agence de la biomédecine et de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) de mener des essais cliniques pour dix autres greffes avec donneuses vivantes.