Quand deux avions militaires privent un village d’électricité dans les Alpes-Maritimes

Les Rafales, fabriqués par Dassault, sont en service dans l'armée depuis 2002 - Crédit : haz[a_a] on Creative Commons

 

 

Les habitants du village du Castellet, dans les Alpes-Maritimes, n'ont plus d'électricité depuis hier après-midi. La cause : deux Rafales qui, en volant trop près du sol dans le cadre d'un exercice, ont sectionné une ligne électrique.

“Un boucan d’enfer” dans le village du Castellet. C’est ce qui a mis la puce à l’oreille de Benoît Gouin, maire du Castellet, petit village des Alpes-de-Haute-Provence, mercredi en début d’après-midi, comme il le raconte à France Bleu Provence. Au volant de sa voiture, l’homme lève la tête, et voit deux avions militaires. Il y en a souvent qui passent dans le village, mais pas si près du sol. Il continue sa route, et découvre alors des câbles électriques qui pendent au milieu de la route. Cette fois-ci, pas de doute. Les deux Rafales ont coupé la ligne à haute tension en frôlant le Castellet. Benoît Gouin joint immédiatement Enedis, le gestionnaire du réseau électrique, et les secours.

Durant quatre heures, le village de 300 habitants est plongé dans l’obscurité. Selon Enedis, la panne dépasse même les frontières du Castellet, touchant 700 personnes. Autre conséquence : la route d’accès à la commune est coupée, pour des raisons de sécurité. Un incendie se déclare également, consumant un hectare d’herbes. Heureusement, les pompiers d’Oraison et de Volx, appelés en urgence, en viennent rapidement à bout.

Un genre d’accident “rarissime”

A 19 heures, tout est revenu à la normale dans le village. De leur côté, les avions s’étaient posés dès 14h11 à Orange, sans encombre. Ils effectuaient un exercice militaire, où ils devaient voler à moins de 80 mètres du sol. La gendarmerie de l’air a annoncé avoir ouvert une enquête. Selon l’armée de l’Air et de l’espace, ce genre d’accident est “rarissime”, ce qu’a confirmé le maire du Castellet. L’élu comme l’armée se disent soulagés que l’incident n’ait pas fait davantage de dégâts.

Ce type de faits divers se produit toutefois ponctuellement. En 2014, un avion militaire avait sectionné une ligne électrique en Sud-Isère, et en 2016, c’est dans les Hautes-Alpes qu’un incident similaire s’était produit. Plus insolite : la même année, c’est un ULM, ces petits aéronefs individuels, qui avait plongé 150 personnes dans l’obscurité dans le Cher. L’octogénaire qui conduisait le petit engin s’en était sorti sans blessure sérieuse.