Covid-19 : en Moselle, renforcement des mesures sanitaires à la frontière avec l’Allemagne

Dès le lundi 1er mars, de nouveaux contrôles auront lieu en Moselle à la frontière avec l’Allemagne. Le test PCR de moins de 72h devient obligatoire pour les transfrontaliers, sauf pour les déplacements professionnels.

Dès le lundi 1er mars, la France va demander des tests PCR négatifs de moins de 72 heures pour les déplacements non professionnels de frontaliers entre l’Allemagne et le département de la Moselle. Le gouvernement l’a annoncé ce jeudi 25 janvier. Un durcissement était attendu depuis plusieurs jours, au vu de la différence entre l’Allemagne qui connaît un taux d’incidence de moins de 70 cas pour 100 000 habitants, alors qu’en Moselle, il dépasse les 300 cas pour 100 000 habitants, en plus de la forte circulation des variants.

Dérogation pour les activités professionnelles

“La dérogation de l’obligation de présentation d’un test PCR de moins de 72 heures à l’entrée sur le territoire national sera limitée aux seules activités professionnelles”, ont averti le ministre de la Santé Olivier Véran et le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes Clément Beaune dans un communiqué commun.“Les frontaliers qui se déplacent pour des motifs autres que professionnels devront donc présenter un test PCR négatif à la frontière”, ont-il ajouté. Pour les travailleurs transfrontaliers, des tests hebdomadaires seront mis en place à la frontière, poursuivent-ils sans autre précision. Un test PCR négatif est déjà demandé pour toute entrée en France en provenance de pays de l’UE pour les voyageurs autres que les transfrontaliers.

Des patrouilles en plus et un renforcement du télétravail

“Des patrouilles conjointes de la police française et allemande pourraient être renforcées dans le territoire afin d’assurer l’effectivité de ces mesures”, est-il encore précisé. Ils sont également invités à recourir plus au télétravail. “Ces mesures viennent compléter l’arsenal déployé par les autorités sur le territoire mosellan”, notamment le renforcement des capacités de tests et l’accélération de la campagne de vaccination, relèvent les deux ministres.

Des mesures plus contraignantes, donc, mais pas de fermeture ni de blocage de la frontière. Un soulagement pour les habitants, comme le relève France Bleu, puisque lors du confinement du printemps dernier, la fermeture de nombreux points de passage par les autorités allemandes les avait contraints à faire de longs détours pour accéder aux seuls entrées ouvertes.