Yuriy auditionné pour faire la lumière sur son agression

Hospitalisé après un violent lynchage, le collégien Yuriy a pu être auditionné par la police, ce mercredi 25 février, au sujet de son agression par une bande rivale sur la dalle de Beaugrenelle à Paris.

Toujours en convalescence, Yuriy a répondu aux questions des policiers chargés de l’enquête sur son agression, le 15 janvier dernier, par une dizaine d’individus. Selon BFM TV, l’audition du collégien a duré 1h30, en raison de l’état de santé de l’adolescent âgé de 15 ans.

Lors de sa déclaration, Yuriy a évoqué un autre affrontement à l’origine des représailles qu’il a subies, bagarre qui s’est déroulée le 10 janvier. Un compte Twitter avait publié une vidéo de l’agression d’un jeune de Vanves (Hauts-de-Seine) ; visage en sang, main fracturée et aspergé de gaz lacrymogène, il lui est intimé de présenter ses excuses, de ne plus revenir à cet endroit et de dire le nom de bande, « RD4 », en signe d’humiliation.

Avec ces indices et les images de télésurveillance, onze mineurs originaires pour la plupart de Vanves sont mis en examen et poursuivis pour des faits de “tentatives d’assassinat”, de “vol avec violences” et de “participation à une association de malfaiteurs”. Six d’entre eux sont incarcérés dans l’attente de leur jugement.

Les images de l’agression de Yuriy avaient fuité sur les réseaux sociaux avant d’être repris par les chaînes d’information en continu et témoignaient d’une violence extrême, suscitant l’émoi de la classe politique et de célébrités, comme Antoine Griezmann.

L’affaire Yuriy, et plus récemment, la mort de deux adolescents en Essonne remettent au centre de l’actualité le phénomènes des rixes entre bandes rivales, qui n’est pas nouveau. Dans un éditorial du Bondy Blog, la journaliste Céline Beaury rappelle que ces affrontements durent depuis une vingtaine d’année en Essonne, “dans l’indifférence générale”.

Au micro de BFM TV, Adama Camara a partagé sa vision sur les bandes, la vengeance et les familles. Lui aussi a voulu venger la mort de son frère et s’est retrouvé en prison. Une période qui lui a permis de réfléchir et de témoigner sur les initiatives mises en place pour protéger les enfants de se retrouver dans une bande : “un jeune valorisé est un jeune qui ne va pas traîner dans la rue”.

Capture d’écran de la vidéo montrant le passage à tabac de Yuriy survenu le 15 janvier à proximité du centre commercial Beaugrenelle