230 chercheurs allemands fustigent la polémique sur «l’islamo-gauchisme» en France

Les chercheurs allemands demandent aux politiques français « de cesser les attaques et de revenir immédiatement à une situation de respect absolu de la liberté académique en France. » 

230 chercheurs allemands ont apporté leur soutien à leurs confrères français dans une tribune parue ce vendredi 26 février, suite à la controverse sur «l’islamo-gauchisme» initiée le 14 février, qui, selon Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, «gangrène» l’université.
Ils demandent à la ministre et aux autres politiques «de cesser les attaques et de revenir immédiatement à une situation de respect absolu de la liberté académique en France». Ils s’inquiètent aussi du fait «que cette polémique ait vu certains membres du gouvernement et de la majorité présidentielle apporter leur soutien à des positions et des stratégies rhétoriques jusqu’ici réservées à l’extrême-droite».

Tribune de 600 universitaires en France

Frédérique Vidal a demandé mardi au CNRS «un bilan de l’ensemble des recherches» qui se déroulent en France. Elle a précisé, depuis, qu’elle visait l’ensemble des radicalités qui traversent notre société, et plus précisément les études postcoloniales et l’intersectionnalité.
Ces déclarations ont suscité de vives réactions dans le monde académique, au point que 600 universitaires ont réclamé sa démission dans une tribune publiée dans Le Monde. De son côté, le CNRS a rappelé, mercredi, que le terme «d’islamo-gauchisme» ne correspondait «à aucune réalité scientifique».