L’IGPN saisie après des propos homophobes d’un policier

Le préfet de police a saisi l’IGPN pour ces propos injurieux tenus lundi 22 février par des policiers parisiens lors d’un contrôle.

La scène se déroule lundi 22 février au soir dans le XVIIIe arrondissement de Paris, à deux pas de La Chapelle. Deux policiers interpellent un jeune homme d’une vingtaine d’années au pied d’un immeuble. « Ferme ta gueule, je t’encule, t’es pas un homme, t’es un petit pédé ! », lance un des policiers. L’échange est filmé depuis l’étage et publié sur les réseaux sociaux. Le préfet de police a annoncé saisir l’IGPN, la police des polices.

Les policiers ont été appelés pour tapage nocturne et ont trouvé un groupe de jeunes tournant un clip de rap, après le couvre-feu, selon une source policière rapportée par France Info. Selon la même source, la quinzaine de jeunes avaient une « attitude hostile ».

 

Des associations déposent plainte

Sollicité par l’AFP, le parquet de Paris a indiqué de son côté avoir ouvert vendredi 26 février une enquête du chef d’injure publique à caractère homophobe, confiée à l’IGPN. Au sein de l’institution, Johan Cavirot, président de Flag, l’association des policiers LGBT, a annoncé avoir fait un signalement sur la plateforme de l’IPGN.

Les associations Mousse et Stop Homophobie ont, quant à elles, annoncé un dépôt de plainte vendredi 26 février. «Ce contrôle de police a lieu dans un contexte intersectionnel, où plusieurs facteurs de discrimination s’entremêlent. Le policier s’est cru autorisé à employer des insultes homophobes pour rabaisser le jeune qui est interpellé. Ici aussi, racisme et homophobie sont inextricablement liés», a indiqué Me Étienne Deshoulières, avocat des associations, sur le site de Stop Homophobie. Cette dernière association a indiqué «rechercher la victime dans la vidéo qui essuyait les propos homophobes du policier».