Régionales en Ile-de-France : Bardella confirme sa candidature pour le RN

Jordan Bardella, le vice-président du Rassemblement national (RN) a annoncé ce matin, sur la chaîne RTL, qu'il sera candidat aux élections régionales en Île-de-France.

Après un an de semi suspense ‑en janvier 2020, il avait assuré qu’il serait “probablement candidat” aux régionales- Jordan Bardella a confirmé ce lundi matin sur RTL qu’il allait bien se porter tête de liste du parti d’extrême droite.

“Oui je serai candidat à ces élections régionales, l’Île-de-France c’est ma région”, a déclaré l’élu du Rassemblement national (RN) au micro de Ventura Alba. Les récents affrontements entre bandes rivales servent de terreau pour son parti politique et donc sa candidature. “Les problèmes que j’ai rencontrés très jeune en Seine-Saint-Denis, on les rencontre aujourd’hui dans tout le pays”, explique Jordan Bardella, qui raconte avoir “grandi dans une cité HLM en Seine-Saint-Denis”. Il cite notamment “l’ultra-violence” des gangs “qui gangrène le pays”. Ces deniers jours, les affrontements entre adolescents ont fait trois morts.

Après avoir porté la liste du Rassemblement national aux élections européennes de mai 2019, le numéro 2 du parti se lance dans la bataille des régionales. Sa candidature comporte un fort “enjeu symbolique” reconnait cette figure du RN. “C’est un défi, avec l’ambition de porter le RN le plus haut possible”, insiste-t-il.

Nommé directeur de campagne des régionales par son parti en septembre 2020, l’eurodéputé veut ainsi jouer les trouble-fêtes face aux autres candidats déjà déclarés. En lice en Île-de-France : Valérie Pécresse la présidente de région sortante, Julien Bayou l’élu Europe Écologie Les Verts (EELV), Audrey Pulvar chez les socialistes (PS) et Laurent Saint-Martin pour la majorité (LREM).

Le scrutin s’annonce compliqué pour La République En Marche. Le parti d’Emmanuel Macron allié au MoDem (Mouvement démocrate) sont crédités de 17% des intentions de vote dans l’ensemble du pays, “soit un recul de 1 point en un mois”, notent Les Échos. Le Rassemblement National et Les Républicains quant à eux obtiendraient 22% des voix à l’issue des deux tours des 13 et 20 juin prochains.