Les États-Unis sanctionnent la Russie après l’empoisonnement de Navalny

Face aux traitements réservés à l'opposant russe, Washington a décidé ce mardi de sanctionner sept hauts responsables du Kremlin.

Un durcissement net. Avec les preuves dans l’implication russe de l’empoisonnement de l’opposant russe Alexei Navalny, l’administration Biden a décidé de sanctionner la Russie en prenant des mesures contre des proches de Poutine. “La communauté du renseignement évalue avec une grande confiance que des officiers du Service fédéral de sécurité russe FSB ont utilisé un agent neurotoxique connu sous le nom de Novichok pour empoisonner le leader de l’opposition russe Alexei Navalny le 20 août 2020”, a déclaré un responsable américain, selon l’AFP.

À peine remis de son empoisonnement, la figure de l’opposition russe a décidé de rentrer dans son pays malgré les menaces d’incarcération, mises à exécution par la justice russe. Une décision vivement condamnée par la communauté internationale qui demande la libération de Alexei Navalny.

Avec cette nouvelle révélation, les États-Unis ont décidé de prendre les devants “en concertation étroite” avec l’Union européenne pour envoyer “un signal clair” au Kremlin, selon un responsable américain sous couvert d’anonymat, rapporté par l’AFP.

“Nous réitérons notre appel à une libération immédiate et sans conditions de M. Navalny”, a‑t-il ajouté, soulignant que le renseignement américain avait conclu que le gouvernement russe était responsable de l’empoisonnement du célèbre opposant.