Pas-de-Calais : le préfet propose un confinement du département pour les trois prochains week-ends

La proposition a été faite lors d'une réunion en visioconférence avec des élus du département. Elle sera présentée ce mercredi matin en Conseil de défense sanitaire.

Après les villes de Dunkerque et de Nice, tout un département pourrait être reconfiné. Le préfet du Pas-de-Calais a proposé, dans la soirée du mardi 2 mars, un confinement du département pour les trois prochains week-ends, afin d’endiguer l’épidémie de Covid-19 qui s’accélère sur ce territoire du nord de la France. La proposition, présentée en Conseil de défense sanitaire ce mercredi matin, sera donc tranchée par l’exécutif.

La situation sanitaire dans le département inquiète localement. Le taux d’occupation des lits en réanimation est de 96,3 %, le taux d’incidence dans le Pas-de-Calais est de 402 malades pour 100 000 habitants. Un chiffre qui dépasse 500 pour certaines agglomérations comme Saint-Omer.

En observant la situation actuelle, le confinement “ne sera peut-être pas suffisant, explique Natacha Bouchard, la maire LR sur BFMTV. Il y a trois semaines à Calais on était à un taux d’incidence de 100, on est aujourd’hui à 439.”

“Gros coup de gueule” 

La maire de Calais a par ailleurs précisé que lors de cette réunion entre le préfet du Pas-de-Calais et les élus du département, il y a eu “un gros coup de gueule par rapport au vaccin.”

“Nous estimons que si nous sommes arrivés à de tels taux d’incidence, c’est parce que les vaccins ne sont pas dans le Pas-de-Calais. […] Nous avons plus de deux mois de retard sur la vaccination”, a affirmé Natacha Bouchard, évoquant, entre autres, les 125 000 habitants de plus de 75 ans vivant dans le département.

D’autres mesures vont également être proposées, “avec cette exigence des élus du Pas-de-Calais de voir en parallèle concrètement la vaccination s’organiser”, a expliqué à France Bleu, Frédéric Leturque, le maire d’Arras, chef-lieu du département.