Restrictions en Italie, ouverture progressive en Allemagne: les mesures anti-Covid chez nos voisins

L'épidémie régresse en Allemagne, l'exécutif réfléchit à la sortie de crise. En Italie au contraire, les mauvais résultats obligent un maintien des restrictions région par région

 

Alors qu’en France, un conseil de défense sanitaire se tient ce mercredi pour décider des nouvelles mesures à prendre face à l’épidémie de Covid-19, voilà un petit aperçu de ce qui se passe chez nos voisins, l’Italie et l’Allemagne.

En Italie, les mauvais résultats obligent un maintien des restrictions région par région

Des restaurants qui rouvrent, un couvre-feu levé, le port du masque facultatif, le scénario de retour à la normal étape par étape en Sardaigne fait exception en Italie. Et tranche avec les nouvelles mesures de restrictions décidées mardi par le gouvernement de Mario Draghi, dont l’interdiction des déplacements entre régions pour un mois au moins et la fermeture des bars et restaurants le soir.

Excepté pour les Sardes, l’île ayant été placée en “zone blanche” (risque très faible) en début de semaine, les courbes de l’épidémie de Covid-19 en Italie ressemblent chaque jour un peu plus à une troisième vague de diffusion du virus. En une semaine, le nombre de nouvelles contaminations a bondit de 33% d’après les chiffres officiels. Le niveau du variant B117, dit “variant anglais”, réputé plus contagieux, atteint 54% de ces nouveaux cas détectés dans la péninsule selon les derniers éléments rendus publics par l’institut national de la santé. Une telle situation n’avait pas été enregistrée par Rome depuis la mi-janvier.

Neuf régions, dont le coeur économique du nord du pays, la Lombardie et le Piémont, sont placées en “orange”, couleur du “risque moyen”. Deux régions ont été classées en “rouge”, la Basilicata et le Molise dans le sud devront fermer leurs écoles dès samedi et basculer vers l’enseignement à distance. Une éclairci dans ce sombre tableau, les théâtres et les cinémas seront autorisés à rouvrir le 27 mars prochain dans les zones “jaunes”, mais avec une capacité d’accueil limitée à 25%. Les musées seront autorisés à ouvrir également les samedis, et non plus seulement les jours de semaine.

Pour casser la dynamique de l’épidémie, le gouvernement de Rome mise sur la campagne de vaccination en pleine accélération et espère vacciner 300 000 personnes par jour. Un objectif ambitieux, qui pourrait passer par l’appuie de la Protection civile, jusqu’à présent peu mobilisée, d’après la presse transalpine.

En Allemagne, l’épidémie régresse, l’exécutif réfléchit à la sortie de crise

Après une explosion du nombre de contaminations en décembre et janvier, l’Allemagne compte aujourd’hui 5 fois moins de nouveaux cas de Covid-19 qu’en France. Les courbes épidémiques sont à la baisse d’après les chiffres de l’institut Robert Koch, qui fait référence outre-Rhin. Au point que l’exécutif allemand réfléchit à desserrer quelques unes des restrictions en place depuis le mois de décembre (pour les commerces non-alimentaires), voire novembre pour les lieux touristiques, culturels et sportifs.

Les écoles primaires et les coiffeurs ont pu rouvrir cette semaines. Les librairies, les jardineries et les fleuristes devraient suivre la semaine prochaine. Autre règle assouplie, les Allemands pourront se retrouver avec 5 autres personnes en même temps, contre une seule auparavant. Une règle qui n’a globalement pas été respectée, et qui, ajoutée à la grogne des représentants des Länder et des commerçants a contraint Angela Merkel à fléchir et à détendre une partie de ces règles sanitaires. Pour les autres lieux fermés au public (cinémas, bars, restaurants, salles de sport, discothèques), la chancelière n’a toujours pas précisé de calendrier de retour à la normale. Berlin propose aux régions d’organiser leur réouverture à partir de lundi prochain en fonction de l’état de l’épidémie dans une résolution qui doit être soumise aux chefs des Länder ce mercredi. De quoi alimenter un peu plus de débat, vif dans le pays, entre les représentants d’entreprises, les élus locaux et les commerçants pour savoir qui doit rouvrir le plus tôt.